© 2023 by Wheeldogs Consulting - Proudly created with Wix.com

Wheeldogs Consulting - SAS au capital de 2000 euros - 1 Impasse de la Godelle - 35400 Saint Malo

Numéro RCS : 830 488 920 - Numéro TVA intra : FR 44 830 488 920

Responsable conception et publication : Aurélien Cunin, Président de Wheeldogs Consulting - aurelien.cunin@wheeldogs.fr

  • Wheeldogs Consulting

La transition numérique ? Ce n’est pas pour moi !

Mis à jour : mars 13


Ou pourquoi la transition numérique ne s'adresse pas qu'aux gros budgets...



Il m’arrive encore d’entendre que la transition numérique n’est pas à l'ordre du jour, qu’elle épargnera certaines routines, certains secteurs, par nature hermétiques aux différentes modes digitales.


« Nous avons un statu quo avec nos clients / fournisseurs / distributeurs, nous ne pouvons pas tout changer sans remettre ces accords historiques en question »

« Nous sommes trop petits pour être concernés, et de toutes façons, il faut des budgets que nous n’avons pas »


Peut-on encore croire que certains cas isolés passeront au travers du tamis de la transition numérique ? Certainement pas.

Faut-il tout abandonner pour autant ? Pas encore, il n’est pas trop tard.

La transition numérique n’est pas nécessairement une vilaine sorcière qui vient frapper à votre porte avec une pomme…


Rappelons en synthèse qu’elle concerne, pour toutes les entreprises, cinq domaines :

> les outils (utilisés en marketing, gestion de projet, relation client, …)

> les compétences métiers (marketing VS marketing digital)

> les organisations (hiérarchie, communication, prises de décision, évolution, etc…)

> les process (plus rapide, plus fluide, plus transverses…)

> la culture d’entreprise (secret VS ouverture, gestion de l’échec, etc…)

Il y a fort à parier que quelle que soit l’activité de l’entreprise, il y ait quelque chose qui se transforme, sur au moins un de ces 5 sujets !


Une transition encore incomplète ?



Nous vous avions proposé il y a quelques temps un diagnostic de maturité numérique complet en 25 questions (si vous ne l’avez pas fait, c’est par ici : https://www.wheeldogs.fr/actu/le-test-de-maturité-digitale)

Sans surprise, la maturité concernant les nouveaux outils ressort comme la plus élevée.

Ensuite, viennent les grands changements culturels comme l’agilité, l’open innovation, la diversification de sources d’information.


Mais nous avons constaté un retrait dans la maturité « déclarée » au niveau des changements les plus durs, les plus structurants et qui pourtant nécessitent un jour ou l’autre une adaptation :

> la diversification des modes de distribution, des approches commerciales et des partenariats

> le suivi RH et le feedback en temps réel

> la réévaluation des process internes, en particulier sur les volets autonomie et décision

Qui sont pourtant des sujets qui doivent toujours, un jour ou l’autre, se réinventer !

Tout ça vous laisse sceptique ?

Laissez-moi vous donner quelques exemples.



Le piège des accords production - distribution

A la fin des années 1990, un petit site pirate du nom de Napster chahute l’industrie musicale, en révolutionnant le monde la copie physique. Pas de quoi s’inquiéter, quelques injonctions permettront de faire fermer le site, les débits de téléchargement sont de toutes façons désespérément longs, et la production et la distribution s’allient pour sauver le modèle physique.

Le sauver ? Il est pourtant déjà trop tard, alors que le CD est à son apogée. S’ensuivront 15 ans de long déclin des ventes, jusqu’à ce qu’en 2015, enfin, le marché renoue avec la croissance, porté à plus de 70% par le modèle digital. Croissance qui sera partagée… uniquement entre les survivants.

Et qui me pousse à sourire quand je vois aujourd’hui qu’on remet à un artiste un « disque de diamant » correspondant à 1 million de vente, quand cet artiste fait 200 millions de vue pour chacune de ses vidéos sur YouTube…

Il arrive donc parfois que les accords distributeurs – producteurs, au lieu de protéger un marché, finissent par l’empêcher de se transformer à temps.


Le recrutement et les carrières

Qui n’a pas entendu aujourd’hui une entreprise déclarer qu’elle avait du mal à recruter ? Y a-t-il une pénurie de candidat ? Une pénurie de formations ? Ou des exigences de recrutement trop élevées ? Et si on envisageait plutôt une inadéquation entre la manière de recruter et de projeter l’avenir d’une recrue, et la réalité du travail et de l’évolution professionnelle aujourd’hui ?

Qui l’a compris, ou qui accepte de jouer le jeu, quand on voit, encore, des plateformes internes qui proposent au candidat de remplir son profil et de déposer sa lettre de motivation ?


Les process de décision

Et que dire de l’autonomie et de la délégation de la prise de décision, un « mal nécessaire », un risque contrôlé pour répondre à l’exigence d’immédiateté, d’information et de suivi qui devient le standard du marché ? Je suis toujours navré et amusé quand je vois des étudiants se frotter à des postes de « community manager », avec des contraintes de relecture et de validation. Non, le community manager n’est pas un chargé de communication bon marché. C’est un référent client dont on attend une réponse claire et immédiate. Tout en acceptant une marge d’erreur « humaine ».

Malgré des années et des pages entières consacrées à la transformation digitale, ce n’est toujours pas qu’une question de mode, et il reste toujours des choses à faire.

Si nous en avons tous eu assez des consultants proposant une grande stratégie de transformation digitale à horizon 5 ans ou 10 ans, ça ne veut pas dire que la transformation digitale est un concept réservé à ceux qui peuvent se le payer.

Sans parler d’innovation, le plus petit grippage, presque anodin, d’une mécanique pourtant bien huilée, est prétexte à tenter à quelque chose.

A essayer, à budget et à risque réduit, d’aller dans le sens de la marche.

Parce que nous sommes aujourd’hui toujours dans une époque de transition, et nous ne sommes pas encore, grand merci, entrés dans une époque de condamnation.


Et vous, vous ne savez pas par quoi commencer ? Parlons-en !


Wheeldogs Consulting accompagne les PME qui souhaitent s'engager dans une transition numérique, et innover dans leurs projets de développement (nouveaux outils, nouveaux business model, nouveaux modes de management)